Soutenez nous

.

93% des soignants veulent suivre une formation médicale sur l’impact des violences subies par les femmes et les enfants en terme de santé.
Aidez-nous à déployer cette formation en contribuant à notre campagne de financement participatif.
Deux dons de 50 euros = un soignant formé = 1 000 femmes prises en charge par an.

ON EN PARLE : L’excision sous silence?

Le 30 mars 2017, un article de Paris-Match se penchait sur le thème des jeunes filles et l’excision. (Vous pouvez télécharger cet article ici).

Photo by delfi de la Rua on Unsplash

Photo by delfi de la Rua on Unsplash

Emmanuelle Piet, médecin de Protection maternelle et infantile (PMI), responsable des centres de planification de la Seine-Saint-Denis et intervenante dans le DIU Prise en charge des violences faites aux femmes, vers la bientraitance , lutte contre cette pratique traditionnelle.

« Il faut multiplier les signalements » selon elle. « Le personnel médicale, en première ligne, est en effet dans l’obligation de signaler à la justice les mineurs victimes ou menacées de mutilation sexuelle sans que leur soit opposé le respect du secret médical. « Cette méthode pratiquée par les médecins de P.M.I. en Seine Saint Denis à largement participé à l’éradication de la pratique chez les jeunes filles de moins de 6 ans. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Témoignages de femmes